mercredi 23 août 2017

Inséparables

Titre : Inséparables
Auteur : Sarah Crossan
Traducteur : Clémentine Beauvais
Editeur : Rageot
Pas de collection particulière
Nombre de pages : 405
Résumé :
Grace et Tippi. Tippi et Grace. Deux sœurs siamoises, deux ados inséparables, rentrent au lycée pour la première fois. Comme toujours, elles se soutiennent face à l'intolérance, à la peur, à la pitié, et envers et contre tout, elles vivent. Mais Grace tombe amoureuse, et son monde vacille. Aura-t-elle jamais une vie qui lui appartienne ? 

Dès que Plume de Chat en a parlé sur son blog, j'ai été intriguée. Puis, doucement, conquise. Alors, quand j'ai gagné une carte cadeau Fnac, je me suis dit : " pourquoi pas ? ". Et j'ai craqué sur ce livre début juillet. Bien sûr, comme à mon habitude, elle a rejoint ma PAL et y est restée un petit bout de temps, pour faire durer le plaisir. Mais, cette fois, j'ai craqué.

Ce livre m'a... bouleversée, bouleversée comme Le silence de Mélodie ( alias ma meilleure lecture de 2016 ). Dit comme ça, vous vous doutez que ma critique va être dithyrambique. Et vous avez à 100% raison, ce livre est juste une pépite et vous DEVEZ le lire, vous n'avez pas le choix ! Bien sûr, je vais vous expliquer pourquoi. Allons-y.

Déjà, la plume. Je ne sais pas quelle est la part de Clémentine Beauvais, qui l'a traduit, et quelle est la part de Sarah Crossan, je ne veux pas dire de bêtise, on va donc parler des deux. Elles ont une plume juste fabuleuse. L'écriture en vers libre est juste sublime, il n'y a pas d'autre mot. Je me suis totalement retrouvée bercée par cette plume splendide, qui traduit tellement d'émotions, de sensations, d'impressions... J'étais réellement dans la tête de Grace, je ressentais ce qu'elle ressentait... je manque de mots pour décrire tout ce que cette lecture, cette plume, m'ont procuré.

Les personnages m'ont également énormément, énormément touchée. La force, le courage de Grace et Tippi est vraiment impressionnante, elles subissent des choses dont on a pas idée. Les regards, les insultes, les critiques... tant de choses qu'elles doivent endurer au quotidien, en plus des difficultés financières de leurs parents... j'ai vraiment adoré Grace, c'est un personnage touchant, pleine d'humanité et de sensibilité, tellement réelle qu'elle en paraît vivante ! Tippi est également un personnage très fort, bien qu'elle m'ait parfois un tout, tout petit peu agacée, mais rien de grave. Ces deux jumelles sont vraiment des personnages incroyables, comme j'en ai peu croisé jusqu'ici. Mais ce ne sont pas les seules. J'ai vraiment adoré Dragon, leur petite soeur, un personnage qui m'a également beaucoup touchée, tout comme leurs amis... bref, toute une galerie de personnages lumineux et sombres à la fois, blessés par la vie et qui se redressent toujours.

Le livre pourrait se lire vite, mais on relit chaque mot pour mieux savourer la beauté de la plume ; et pourtant on continue à lire, accroché au livre, parce qu'on veut tellement savoir la suite... L'auteur a fait un gros travail de recherche pour connaître tous les détails relatifs à la vie de siamois, et ça se sent. Ce travail de recherche renforce le réalisme de l'histoire, et je ne peux qu'applaudir l'auteur. Mais elle ne parle pas que du destin de deux soeurs siamoises, elle aborde aussi des thèmes tels que l'anorexie, le sida, l'amour, le regard des autres, l'amitié... le roman déborde d'humanité, de sensibilité, c'est addictif, c'est puissant, ça m'a fait pleurer comme jamais, parce que c'est tellement émouvant, tellement poignant...

Je n'ai que deux mots à dire : Lisez-le. Parce que c'est tellement lumineux, puissant, beau. Magique.

Résultat de recherche d'images pour "coup de coeur"

lundi 21 août 2017

Happy-end

Titre : Happy-end
Auteur : Anne Loyer
Traducteur : /
Editeur : Alice éditions
Collection Chapelier Fou
Nombre de pages : 62
Résumé :
"Je l'ai vue avant-avant-hier. Elle était debout sur le palier. Elle n'avait pas l'air méchante, juste fatiguée. Avec des cernes sous les yeux et des paupières gonflées. Elle avait les yeux tout rouges, comme si elle avait beaucoup pleuré. Et puis le nez aussi, le bout du nez. Mais elle ne ressemblait pas à un clown. Moi je suis très observateur. C'est maman qui me l'a dit."
Lui, c'est Tom, un esprit d'enfant dans un corps d'adulte. Elle, c'est Béa, la nouvelle voisine. Tom vit avec sa maman. Béa vit avec son père qui la brutalise, reportant sur elle sa colère d'avoir été quitté par sa femme. Tom ne comprend pas. Son papa à lui est mort. Un papa, c'est fait pour aimer son enfant, normalement.

Je n'ai pas hésité longtemps à l'emprunter, après avoir vu le nom de Anne Loyer sur la couverture. En effet, elle m'a totalement convaincue avec Car boy, et je me disais que ce serait sûrement un autre récit de grande qualité. Et j'avais vu juste !

Ce petit livre, plus une nouvelle qu'un roman, à vrai dire, se lit extrêmement rapidement. Mais c'est suffisant pour nous emporter. En effet, la plume d'Anne Loyer est vraiment puissante et suffit pour nous emporter, loin, aux côtés de Tom. Elle donne vraiment vie à son personnage, elle lui donne sa voix propre et un souffle puissant pour raconter... J'ai adoré le fait d'être plongée dans l'esprit de Tom, Anne Loyer l'anime avec beaucoup de douceur et de sensibilité, et se sert de son regard si particulier pour raconter ce conte moderne, nous immergeant dans cette vie.

Le personnage de Tom m'a énormément émue, touchée, c'est un garçon vraiment vivant, sensible, touchant, unique. Sa voix est si forte, si particulière ! Tom m'a emmenée dans son monde, m'a fait partagé sa vision de ce qui l'entoure, et le voyage a été fort. Il m'a permis de voir le monde sous un autre angle, et de changer mon point de vue... Le personnage de Béa m'a également beaucoup touchée, c'est une fille vraiment émouvante, et, même si on ne la voit qu'à travers les yeux de Tom, on peut comprendre son calvaire, ce qu'elle ressent. Ce sont vraiment deux beaux personnages, des personnages qu'on voudrait aider : l'auteur arrive à les rendre suffisamment vivants, réels, pour nous donner envie d'intervenir, et d'aider.

L'intrigue, construite à mon avis comme celle d'une nouvelle, avec cette espèce de mini-chute à la fin, est entraînante, captivante. Je me suis laissée bercer par les mots d'Anne Loyer, jusqu'à être emportée. Ce livre est vraiment addictif, je voulais vraiment savoir comment tout cela allait finir, je voulais voir les personnages évoluer et savoir comment leur relation allait se construire... j'ai été tenue en haleine jusqu'à la chute, complètement emportée. Même si ce livre se lit très vite, on ne reste pas sur notre faim, la fin est vraiment très belle, bien trouvée. L'auteur aborde des thèmes sensibles avec pudeur et justesse... Il n'y a rien à reprocher à ce livre !

Un petit interlude d'émotion, de sensibilité, les thèmes abordés sont traités avec justesse, les personnages sont bien construits... une petite pépite !

Résultat de recherche d'images pour "image petite étoile colorée jaune"Résultat de recherche d'images pour "image petite étoile colorée jaune"Résultat de recherche d'images pour "image petite étoile colorée jaune"Résultat de recherche d'images pour "image petite étoile colorée jaune"Résultat de recherche d'images pour "image petite étoile colorée jaune"
5/5

dimanche 20 août 2017

Le prix à payer

Titre : Le prix à payer
Auteur : Vincent Faucheux
Traducteur : /
Editeur : Alice éditions
Collection Tertio
Nombre de pages : 271
Résumé :
A 45 ans, Paul Tournier, célibataire mène une vie banale réglée entre le boulot et sa maison : une vie plutôt décevante et ennuyante. Paul, comme tout être humain, se demande souvent si les choix de son passé ont pu déterminer sa vie actuelle. Est-ce qu'il aurait une vie différente s'il avait fait d'autres choix ? C'est ce que se demande Paul lorsqu'il est renversé par une voiture. A son réveil, il rencontre Fortunae qui lui offre la possibilité de revivre les instants importants de son passé et ainsi avoir la chance de modifier ses choix. Mais est-ce réellement une chance ? Paul va vite découvrir que ses choix peuvent avoir de mauvaises conséquences sur sa vie et sur ses proches.

Le résumé, intrigant et annonçant une intrigue probablement intéressante, m'a tout de suite tapé dans l'oeil. Je n'ai donc pas hésité à l'emprunter à la médiathèque, et, dévorée par la curiosité, je n'ai pas tardé à l'ouvrir. Malheureusement, le résultat n'a pas tellement été à la hauteur de mes attentes...

Il y a d'abord eu la plume de l'auteur. J'ai en effet eu beaucoup de mal avec son style... je l'ai trouvé plat, fade, lisse, sans personnalité. J'ai eu énormément de mal à m'habituer ; bien que porté par un vocabulaire plutôt riche, le style du roman ne me plaisait pas du tout, me bloquait presque. J'avais l'impression que les phrases étaient plates, fades, elles perdaient tout effet et ne se résumaient qu'à un banal énoncé de faits... en tout cas, c'est un point qui m'a beaucoup bloquée durant ma lecture.

Côté personnages, je n'ai pas vraiment rencontré de difficultés. Le personnage principal, Paul, n'est pas spécialement agaçant ; mais il n'est pas non plus attachant. Je suis vraiment restée détachée par rapport à lui, il n'a éveillé en moi aucun sentiment particulier... ce qui est un peu dommage, certes, mais mieux que de passer les 271 pages à haïr le personnage principal. Cette figure du anti-héros s'adapte, je trouve, particulièrement bien à l'histoire... et il est suffisamment creusé pour ne pas me faire mourir d'ennui. Les autres personnages ne m'ont pas non plus convaincue, je suis restée très détachée par rapport à eux. Je me dis que ça aurait pu être pire...

Au niveau de l'intrigue, il y a du bon... et beaucoup de moins bon. Je me suis en effet beaucoup, beaucoup, beaucoup ennuyée, lors de ma lecture. Je ne m'attendais tout simplement pas à ça. L'intrigue débute extrêmement vite, trop vite à mon goût, j'ai eu la sensation que l'auteur précipitait les choses au point de bâcler... forcément, ça ne me mettait pas dans les meilleures dispositions vis-à-vis de l'histoire, j'aurai préféré que l'auteur ne se précipite pas et prenne son temps. Ensuite, les premiers chapitres sont intéressants, les voyages temporels alternent avec l'exposition des conséquences, ce qui est plutôt bien fait... mais très vite, je me suis laissée gagner par l'ennui. J'ai trouvé l'intrigue vite très répétitive, puis le personnage cesse de changer son passé et vit sa nouvelle vie. Et là... là j'ai eu l'impression de changer totalement d'intrigue, le fil conducteur principal disparaissait totalement. Où va Fortunae, ce personnage que j'aurais aimé voir bien plus souvent et avoir une version beaucoup plus aboutie ? Enfin, bref, je me suis de plus en plus ennuyée, surtout que j'avais l'impression que c'était totalement irréaliste, j'avais l'impression de lire un James Bond ( ne me trucidez pas, mais je dis ça alors que je n'ai jamais regardé ni lu un des James Bond ).
Cela dit, l'idée de base est vraiment originale et intéressante, c'est juste dommage qu'elle ait été exploitée de cette manière. Et, de plus, de nombreux éléments dans le roman m'ont conduit à vraiment réfléchir, me creuser les méninges sur des questions existentielles telles que : " Quel est le sens de la vie ? ". Oui ça m'arrive assez souvent de me poser ce genre de questions, et j'aime bien quand un livre m'y fait réfléchir.

Une lecture un peu décevante, j'en attendais plus et j'ai été déçue, même si tout n'est pas à jeter. En effet, l'idée de base était bonne et ce livre m'a au moins permis de beaucoup réfléchir, à défaut de me captiver suffisamment...

Résultat de recherche d'images pour "image petite étoile colorée jaune"Résultat de recherche d'images pour "image petite étoile colorée jaune"
2/5

samedi 19 août 2017

Un sale livre

Titre : Un sale livre
Auteur : Frank Andriat
Traducteur : /
Editeur : Mijade
Pas de collection particulière
Nombre de pages : 141
Résumé :
La prof de français propose à ses élèves de lire un roman qui relate l'itinéraire de Nadir, un jeune réfugié syrien. Le sujet est dur, le ton du récit est réaliste. Chaque lecteur reçoit le livre différemment. Le roman provoque le débat.
C'est décidément un sale livre, dont aucun lecteur ne sort indemne.

Au départ, je suis passée, à la médiathèque, devant ce livre sans le remarquer. En revenant sur mes pas, j'ai soudain été interpellée par le titre, et le résumé m'a immédiatement convaincue. J'avais vraiment très, très envie de le lire et je l'ai immédiatement commencé.

J'ai tellement de choses à dire sur ce petit livre que je ne sais plus par où commencer ! C'est une torture, je veux dire tant de choses et je ne sais pas comment organiser ça xD ça m'arrive assez rarement pourtant...

Bon. Commençons donc par le commencement. En gros, ce livre est une succession de points de vue de divers personnages, qui lisent tous le livre qu'une prof de français donne à sa classe de troisième. Il y a bien sûr des élèves, mais aussi la prof, le principal, et des proches d'élèves. Les passages de narration des réactions - qui amènent le lecteur au point culminant, la rencontre avec l'auteur - sont entrecoupés par des passages du livre ( fictif ) en question. Et la différence des styles crée un électrochoc. Les deux sont extrêmement percutants : celui du " faux " livre ( le livre mis en abyme, on va dire ) est extrêmement violent, percutant. Le vocabulaire est familier, mais du coup il y a vraiment un effet de réel,  on est vraiment plongés dans les fragments du roman... et on comprend mieux les réactions des personnages ! La " vraie " ( je sais que ce terme est un peu réducteur mais c'est le mieux que j'ai trouvé ehe ) plume de l'auteur est très belle, avec un vocabulaire riche, varié, et une aisance certaine. J'ai vraiment apprécié cette plume ( non, je l'ai adoré ), elle m'a emportée, elle porte le roman avec beaucoup d'élégance, de sensibilité, de fluidité, et c'est juste un vrai régal.

Côté personnages, on a une galerie très étendue de personnages aux points de vue très différents. Cette diversité permet de s'identifier à plusieurs personnages, et surtout d'argumenter, mentalement, avec eux, leur répondre, répondre à leur point de vue sur la littérature... je me suis plusieurs fois retrouvée à répliquer à un personnage, à voix haute, même ! Oui, je suis folle. Toujours est-il que le quantité ne nuit pas à la qualité, et les personnages sont tous creusés, complexes, humains, vivants ! Parmi mes préférés, il y a Tristan, " l'intello " de la classe, Karine, la prof en question, le proviseur, Justine... même les personnages détestables sont vraiment efficaces et donnent envie d'argumenter.

En effet, ce roman propose deux sujets de réflexion. Il y a, bien sûr, la réflexion sur ce qui se passe en Syrie, sur le destin des réfugiés, sur notre propre indifférence et apathie, ainsi que le racisme et la discrimination profonds qui gangrènent notre société française, qui infectent le pays " Des droits de l'homme ". Le livre provoque une réflexion plus qu'intéressante à ce propos. Le second sujet de réflexion proposé est celui de la... littérature, faisant écho à des questions que je me pose ( et dont Capucine parle admirablement bien dans une série d'article sur son blog, Mademoiselle Bouquine ) et des conceptions de la littérature que j'ai souvent rencontrées. Est-ce que la littérature doit forcément être écrite dans une langue... littéraire ? Doit-elle refléter le quotidien ou aspirer à l'élévation ? La littérature jeunesse est-elle digne de ce nom ? Autant de questions qui font polémique, et qui me fascinent. J'aurais pu argumenter avec les personnages pendant des heures ! Par exemple, la prof de Lettres méprisante qui considère que la littérature, c'est forcément et uniquement les classiques, m'a fait penser à ma prof de français de 1ere, qui était pourtant géniale, pas méprisante du tout mais qui considère que la littérature, ce sont les classiques. Et la prof de troisième, Karine, m'a fait penser à mon ancienne prof de littérature américaine... Drôle comment la vraie vie s'impose dans ma lecture !
Outre la réflexion qui est provoquée, c'est un petit livre passionnant, qui se lit vite, et dont on arrive pas à décrocher. Les pages défilent toutes seules, impossible de s'en détacher ! La fin, de plus, m'a vraiment surprise et a fini par me convaincre. J'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteur achevait son roman, c'était vraiment bien trouvé. En tout cas, le livre est vraiment addictif.

Un livre que je ne m'attendais pas à aimer autant, et qui pourtant m'a totalement emportée. Je suis tombée amoureuse de cette petite pépite. C'est tellement dommage qu'il ne soit pas plus connu : par pitié, lisez-le !

Résultat de recherche d'images pour "coup de coeur"

vendredi 18 août 2017

Enael, tome 2 : La rivale

Titre : La rivale
Tome 2 de la série Enael
Auteur : Helen Falconer
Traducteur : Marie Hermet
Editeur : Flammarion
Pas de collection particulière
Nombre de pages : 390
Résumé :
Folle, ils la croient tous folle depuis qu'elle est rentrée chez elle, parmi les humains. Ce serait plus simple à supporter si Shay était auprès d'elle. Mais effrayé à l'idée de lui faire du mal, il s'est écarté d'Enael. Elle ne renonce pas à lui pour autant, et lorsque Shay se fait piéger et capturer par une démone, Enael retourne au royaume des fées, au péril de sa vie, pour sauver celui qu'elle aime.

J'avais vraiment été déçue par le premier tome de cette série, qui pourtant me faisait tellement envie... au point de douter de l'intérêt de lire le second tome. Et puis, je me suis dit : " autant lui redonner une seconde chance... ". Après tout, j'avais bien redonné une chance à Girl Online, et je ne l'avais pas regretté ! Alors, je me suis aventurée dans cette lecture...

J'ai trouvé que ce livre se lisait bien plus vite que le précédent, il y avait une certaine fluidité dans la plume de l'auteur que je n'avais pas trouvée dans le tome précédent, et qui m'a agréablement surprise. Du coup, les pages ont défilé plus vite, et là encore, même si je n'étais pas captivée par ma lecture, j'ai néanmoins fini le livre assez rapidement. J'ai trouvé l'auteur plus " sûre d'elle ", enfin avec un style plus mature, moins fade, ce qui était une petite amélioration !

Néanmoins, l'intrigue ne m'a pas non plus captivée. Encore une fois, la romance prenait beaucoup, beaucoup trop de place ! Je ne sais pas comment le dire, quand est-ce qu'on va comprendre qu'il n'y a pas BESOIN de romance pour faire un bon roman ? Parce que là, je trouve ça dommage de passer 90% du roman à s'étendre sur les problèmes de coeur de TOUS les personnages du roman, principaux ou non. Forcément, ça m'a énormément agacée. Du coup, je ne suis une fois de plus pas vraiment rentrée dans l'histoire, les péripéties s'enchaînaient à un rythme effréné sans jamais réussir à m'entraîner dans l'histoire. Je ne me sentais pas plus investie, pas plus concernée, que dans le premier tome. La romance m'a bloquée, et du coup, je n'ai pas pu vraiment m'intéresser à l'histoire.

Les personnages ne m'ont pas plus intéressée. Une fois de plus, je les ai trouvés agaçants, plats et fades. L'héroïne fonce toujours tête baissée, ne se questionne jamais, ne s'étonne de rien. Forcément, ça empêche le lecteur de vraiment créer un lien avec, on ne sent aucune complexité, et donc aucun intérêt. Les autres personnages sont soit stéréotypés, fades, plats et sans plus d'intérêt, soit totalement insupportables. C'est par exemple le cas de Carla, un personnage qu'on voyait peu dans le premier tome mais qui prend une vraie ampleur et qui en devient vraiment insupportable... Quant au méchant, Dorocha, ses motivations sont peu claires, peu lisibles, et le personnage n'a pas de développement... encore une fois, c'est dommage.

Un second tome un chouïa meilleur que le premier grâce une plume un peu plus mature, un peu plus fluide et agréable à lire, mais sinon les points que je reproche au livre sont les mêmes que dans le premier tome. Je suis donc totalement déçue par cette série dont j'espérais tant...

Résultat de recherche d'images pour "image petite étoile colorée jaune"Résultat de recherche d'images pour "image petite étoile colorée jaune"
2/5